Courtier horticole

Le guichet unique pour les professionnels de l'horticulture

En savoir plus

Biodiversité au jardin

En faveur de la biodiversité au jardin

Vanesse du chardon

Vanesse du chardon (Vanessa cardui) sur Rudbeckia laciniata

Asclepias

Papillon monarque (Danaus plexippus) sur Asclepias incarnata

Le jardin comme un moyen de reconnecter avec la nature et d’y être utile; c’est une expérience plus authentique que recherchent de plus en plus de jardiniers, allant au-delà des simples apparences. C’est un habitat propice à la faune locale, qui nous emmène vers des champs d’observations et de découvertes très vastes.
À la ville comme à la campagne, nous sommes tous en rapport avec la nature environnante et avons ainsi le pouvoir d’agir en faveur de la biodiversité dans nos milieux de vie. Le monde de l’horticulture nous offre de magnifiques occasions d’intervenir positivement sur notre environnement. Le plus banal des terrains de banlieue peut y contribuer. Voici des gestes simples que nous pouvons proposer.

  • Préserver des espaces naturels sur chaque propriété, ou en recréer de nouveaux (boisé, prairie, bande riveraine, etc.)
  • Laisser des espaces sans entretien (secteurs sans tonte, feuilles mortes laissées au sol à l’automne à des endroits où il n’y a pas de pelouse, troncs d’arbres morts laissés debout ou couchés au sol).
  • Fournir des abris pour la faune (nichoirs d’oiseaux, abris pour abeilles solitaires, pile de bois, tas de pierres).
  • Recycler les débris végétaux, soit en les laissant en surface du sol ou sous forme de tas de compost. C’est ainsi que se crée naturellement la vie et la fertilité des sols, tout en favorisant une foule d’insectes bénéfiques.
  • Aménager des corridors fauniques pour relier les différents habitats (haie, bande boisée, espace non-tondu).
  • Planter des végétaux indigènes de la région, dont des espèces produisant des fleurs nectarifères, des fruits et des graines.
  • Certaines espèces non-indigènes peuvent aussi jouer un rôle important pour la faune. Mais n’oublions pas que les insectes indigènes recherchent spécifiquement certains végétaux indigènes sur lesquels ils se développent au stade larvaire. Un exemple très connu est celui du monarque et de l’asclépiade.
  • Fournir un point d’eau (bassin, abreuvoir, jardin pluvial, etc).
  • Éviter l’usage des insecticides.
  • Et tant qu’à y être, pourquoi ne pas proposer à vos clients de faire reconnaître ces actions. Les organisations suivantes peuvent fournir une certification (presque gratuite) pour les gestes posés en faveur de la faune. On peut même se procurer un certificat pouvant être affiché au jardin.
  • Fédération canadienne de la faune
  • Monarch Waystation Program

Ces quelques gestes faciles à appliquer sont inspirés directement de la nature. Tentez graduellement l’expérience avec vos clients. Peut-être aurez-vous d’agréables surprises!

Benoit Bertrand, DTA
Depuis toujours émerveillé par la nature sauvage,
Benoit Bertrand se consacre depuis 20 ans
à la production de plantes indigènes à la Pépinière Rustique