Courtier horticole

Le guichet unique pour les professionnels de l'horticulture

En savoir plus

L’Arrosage écologique

Un geste écologique respecte l’environnement. Si l’arrosage est essentiel, il faut prendre conscience de son impact sur le bilan de l’eau. La Terre est surnommée planète bleue, car 75 % de sa surface est constituée d’eau. Or, seulement 3 % de cette eau est douce, et en enlevant l’eau emprisonnée dans les glaciers et le sol, l’eau douce accessible se limite à 1 %.  

Arrosage Écologique

Quoique l’eau soit une ressource renouvelable, sa quantité sur terre est constante; elle n’a pas changé depuis des milliards d’années.  Comme nos besoins continuent d’augmenter (accroissement de la population, urbanisation, industrialisation et changements climatiques), il faut économiser l’eau pour maintenir un bilan favorable. Il est donc primordial d’économiser l’eau, même au Québec où l’abondance est trompeuse.

Au printemps et en été, 30 % à 50 % de la consommation d’eau d’une résidence familiale est dédiée aux usages extérieurs. La récupération de l’eau de pluie dans des barils ou avec un jardin de pluie est un premier geste qui diminue le recours à l’eau potable. D’autres gestes sont nécessaires pour réduire la quantité d’eau utilisée au jardin.

Amélioration du sol :

On s’assure qu’il retient suffisamment l’eau pour que les racines puissent y puiser ce dont elles ont besoin. Amender un sol sableux avec du compost augmentera sa capacité de rétention d’eau alors que l’ajout de compost aux sols argileux réduira la perte d’eau par ruissellement. Ensuite, on veille à ce que l’eau ne s’évapore pas en paillant le sol ou en ayant des cultures qui se touchent. Si le site est fortement exposé aux vents, on plante un brise-vent pour réduire leur action desséchante.

Choix des végétaux :

Idéalement, il faut planter des xérophytes s’épanouissant avec très peu d’eau. Autrement, on choisit des plantes selon le site. Après 2-3 ans, les végétaux seront bien installés et n’auront besoin d’arrosage qu’en période de sécheresse. On peut aussi regrouper dans le jardin les végétaux selon leur besoin en eau pour adapter l’arrosage.

Entretien :

Là où le sol est nu, on binera régulièrement pour briser la croûte de battance qui nuit à l’infiltration de l’eau. Enfin, le désherbage empêchera la consommation de l’eau par les mauvaises herbes.

Arrosage : 

On arrose au besoin en testant l’humidité du sol : si le sol des premiers 15 centimètres est sec au toucher, il a besoin d’eau. Le meilleur moment de la journée pour arroser est tôt le matin pour éviter les pertes par évaporation. On arrose le sol le plus près possible des racines, car l’arrosage des feuilles est inutile et génère une perte d’eau. La quantité d’eau à apporter varie selon les végétaux d’où l’importance de choisir des plantations en fonction des caractéristiques du site. Pour favoriser le développement de racines profondes capables de puiser efficacement l’eau, il vaut mieux arroser moins souvent, mais en profondeur plutôt qu’un peu chaque jour. Finalement, l’eau de pluie étant exempte de chlore et à la température ambiante, elle est idéale pour les platebandes.

Ces gestes vont optimiser l’arrosage et respecter l’eau.

Louise Boisjoly de Horticulture Kalmia inc.

arrosage écologique

Post navigation